Le Père jésuite Johannes Kahn travaille depuis des décennies comme pasteur dans différents pays d’Europe de l’Est, d’Asie centrale et également en Russie. Il a passé près de dix ans au Kirghizistan pour accompagner une petite minorité catholique. Entretien réalisé par Ivo Schürmann.

Comment avez-vous acquis la foi à l’époque de l’Union soviétique ?
La foi m’a été transmise par ma mère et ma grand-mère. Nous avons beaucoup prié en famille, avant les repas, avant de nous endormir et également pendant la journée. Au nord du Kazakhstan, où nous vivions, il n’y avait pas de prêtres. Cela a changé quand ma famille est partie habiter au centre du Kazakhstan en 1978. Là, il y avait régulièrement des services religieux, et j’y ai approfondi ma foi. J’ai senti mûrir en moi le désir d’être prêtre. Après mes deux ans de service militaire obligatoire dans l’armée soviétique, j’ai pu entrer au grand séminaire.

Lequel ?
Le seul séminaire catholique existant dans l’ancienne Union soviétique, en Lettonie. Les séminaristes étaient originaires de toutes les républiques soviétiques. Le 1er mars 1991, j’ai décidé d’entrer dans la Compagnie de Jésus. Au bout de quelques années en Lettonie, la congrégation m’a envoyé poursuivre mes études à Innsbruck, en Autriche. Au terme de mes études, je suis retourné dans l’Est. D’abord au Tadjikistan, puis en Sibérie, à Novossibirsk, et encore plus tard au Kazakhstan et enfin, pour plus longtemps, au Kirghizistan.

Pourquoi au Kirghizistan ?
Mon frère aîné Alexander Kahn, qui est également théologien et jésuite, était supérieur au Kirghizistan. Il recherchait des prêtres parce qu’il y en avait trop peu. C’est ainsi que je suis venu vivre dans ce pays magnifique avec ses montagnes culminant à 7 000 m d’altitude et beaucoup de soleil. Les catholiques vivent disséminés dans tout le pays et constituent une petite minorité d’environ un millier de familles. Ils forment un groupe hétérogène qui comprend également des catholiques coréens et russes. Au total, il y a huit prêtres, un religieux et six religieuses. Il pourrait y en avoir plus, mais depuis des mois, l’entrée au Kirghizistan leur est refusée en raison des dispositions d’entrées dictées par la pandémie de Covid-19. Dans le pays lui-même, jusqu’à présent, il n’y a pas eu de vocations.

Père Johannes Kahn

La liberté religieuse y existe-t-elle ?
Sur le papier, oui, dans la pratique, pas toujours. Il existe de grands obstacles administratifs pour être reconnu en tant que communauté religieuse. L’administration exige un nombre minimum de fidèles, une condition que les catholiques ne remplissent pas. Les pasteurs étrangers doivent s’attendre à tout moment à perdre leur autorisation de séjour. Le libre exercice du culte religieux est également limité et cela n’a aucun lien avec les mesures de protection prises à cause du Covid-19. Les catholiques sont certes tolérés, mais on nous met beaucoup de bâtons dans les roues. Il n’existe qu’une seule église catholique dans tout le Kirghizistan, c’est la chapelle Saint-Nicolas de Flüe à Talas. Jusqu’à présent, nous n’avons pas reçu l’autorisation d’édifier d’autres églises. Cependant, de plus en plus de signes laissent présager que bientôt, l’Église obtiendra l’autorisation de construire un édifice religieux à Bichkek, la capitale. Les musulmans, qui constituent 80% de la population, et les chrétiens russes orthodoxes, ne doivent quant à eux, se plier à aucune restriction. La Russie continue d’exercer son influence dans les pays de l’ex-Union soviétique, ce dont bénéficie fortement l’Église russe orthodoxe.

Pourquoi y a-t-il cette réticence envers les catholiques ?
En Russie, et donc aussi au Kirghizistan, l’Église catholique se trouve dans une situation difficile. Parce qu’elle est active dans le domaine social, elle n’y est pas estimée. Cela énerve la Russie et cette dernière exerce des pressions sur l’Église catholique notamment via les autorités kirghizes. Par ailleurs, il y a également au Kirghizistan des musulmans extrémistes qui s’opposent à tout ce qui n’est pas musulman. Des moyens financiers provenant de Turquie et du Pakistan sont envoyés dans le pays pour favoriser une interprétation plus radicale de l’islam. Jusqu’à présent, le Kirghizistan était considéré comme un pays pacifique et tolérant.

Comment évaluez-vous la situation politique ?
Des élections présidentielles se sont déroulées en janvier 2021, le nouveau président Sadyr Japarovi a recueilli 79% des suffrages. Par le passé, le Kirghizistan était considéré comme un pays pacifique et hospitalier. Nous espérons que cela ne changera pas sous Sadyr Japarov.

Nous soutenir

Votre soutien nous est nécessaire

Apportez votre pierre à l’édifice, donnez et vous recevrez ! « Donnez et il vous sera donné : on versera dans votre sein une bonne mesure, serrée, secouée et qui déborde ; car on vous mesurera avec la mesure dont vous vous serez servis. » (Luc 6, 38)

Faire un don Tous les moyens d'aider
Faire un don