Au moins 68 chrétiens ont été tués, et de nombreux autres enlevés ou déplacés, au cours des deux derniers mois dans l’État de Benue situé dans la région centrale du Nigeria.


Au cœur des violences, il y a les attaques persistantes des terroristes de la tribu Fulani, majoritairement musulmans, contre les communautés agricoles de la région centrale du Nigeria, majoritairement chrétiennes.


Les raisons de ces attaques sont complexes. Les conflits entre les éleveurs nomades et les agriculteurs sédentaires sont anciens, mais l’afflux d’armes à feu modernes au cours des dernières années a rendu le conflit beaucoup plus destructeur.

La dimension religieuse aggrave la situation dans un pays divisé de manière égale entre un sud à majorité chrétienne et un nord à majorité musulmane, la plupart des affrontements ayant lieu dans la région centrale, qui possède également les terres les plus fertiles. Selon Wilfred Chikpa Anagbe, l’évêque de Makurdi l’un des diocèses de l’État de Benue, les terroristes se déguisent en bergers nomades pour dissimuler le vrai but de leurs attaques, qui est de chasser les chrétiens de leurs terres.

Des problèmes d’approvisionnement en nourriture, d’éducation et de soins pastoraux


La situation a provoqué « de graves pénuries alimentaires « , déclare l’évêque. Les agriculteurs qui pouvaient habituellement subvenir à leurs besoins et à ceux de leurs familles doivent maintenant vivre de l’aumône.

Malgré les difficultés financières, l’Église locale a fait de son mieux pour soulager les souffrances et les besoins, en fournissant une aide alimentaire et des biens de première nécessité. 

Récemment, la Commission Justice, Développement et Paix a distribué de la nourriture et des vêtements à plus de 1 800 personnes dans un seul camp. Le diocèse fournit également des bourses d’études à des dizaines d’enfants déplacés.


« Parallèlement à toutes ces initiatives, nous n’avons pas oublié l’assistance pastorale que ces personnes méritent. Il existe une paroisse dans certaines des zones d’installation qui répond aux besoins spirituels des personnes déplacées. » conclut l’évêque, qui ajoute qu’il espère toujours acheter une clinique mobile pour répondre aux besoins sanitaires et psychosociaux des personnes déplacées.


Une source de lumière dans une vallée de ténèbres

Camp de réfugié au Nord du Nigeria.


Les problèmes liés aux bergers fulani, aux groupes armés et aux extrémistes islamiques au Nigeria durent depuis plusieurs années. L’inaction du gouvernement n’a fait qu’empirer la situation.

Selon l’évêque, « l’ampleur des meurtres, des déplacements et de la destruction sans motif des propriétés par ces milices djihadistes fulani ne font que renforcer le programme désormais révélé visant à dépeupler les communautés chrétiennes du Nigeria et de s’emparer des terres. Les faits parlent d’eux-mêmes : le
gouvernement au pouvoir au Nigéria continue à ne rien faire face à ces
attaques persistantes, si ce n’est pour donner des raisons risibles telles que le « changement climatique » ou encore expliquer que certains musulmans sont eux aussi parfois tués dans des attaques de soi-disant bandits ».

Abandonnée par les autorités locales, l’Église est reconnaissante pour le soutien qu’elle a reçu de l’AED, que l’évêque Anagbe décrit comme « une source de lumière dans une vallée de ténèbres ».

Nos actualités

Nigeria | Les dernières actualités

Nous soutenir

Votre soutien nous est nécessaire

Apportez votre pierre à l’édifice, donnez et vous recevrez ! « Donnez et il vous sera donné : on versera dans votre sein une bonne mesure, serrée, secouée et qui déborde ; car on vous mesurera avec la mesure dont vous vous serez servis. » (Luc 6, 38)

Faire un don Tous les moyens d'aider
Faire un don
Nous respectons votre vie privée.
Ce site utilise des cookies !

Notre site utilise des cookies pour vous offrir une expérience utilisateur de qualité et mesurer l'audience. En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies.

En savoir plus sur la confidentialité.

"