Nous connaitre

Les missions de l'AED

L’AED est une fondation pontificale, fondée en 1947 dans un esprit de réconciliation. Elle soutient les chrétiens partout dans le monde, là où ils sont confrontés aux persécutions et difficultés matérielles.

Nos actualités

L'Église dans le mnde

Pour informer le grand public et les médias francophones, l’AED dispose d’une équipe de journalistes chargés de relayer les actualités de l’Église universelle, à travers le site institutionnel, les réseaux sociaux, la newsletter de l’association, la radio, le magazine L'Église dans le monde ou l’organisation de colloques.

Notre Mag

L'Église dans le mnde

Le magazine d’information de l’AED se base sur l’actualité internationale des chrétiens dans le monde, il est le porte-parole de ceux qui ne peuvent s’exprimer, et offre des témoignages et des décryptages uniques sur l’Église dans le monde. Ce magazine est rédigé par des journalistes professionnels, des personnalités médiatiques, des hommes religieux.

S'abonner Feuilleter un numéro gratuitement
L'AED sur le terrain

Vous aussi, engagez-vous

Que ce soit pour une aide ponctuelle ou régulière, l'AED propose des missions de bénévolat variées et adaptées selon les disponibilités, ainsi que du volontariat international pour les jeunes !

La persécution religieuse dans le monde

Observatoire de la liberté religieuse

L’observatoire de la liberté religieuse offre une base documentaire à jour sur la situation des chrétiens dans le monde. Chaque pays possède une fiche présentant ses données statistiques, sa législation religieuse ainsi que les dernières actualités données par nos partenaires présents sur place.

Visiter le site
Nos actions

Les projets de l'AED dans le monde

Nos mesures d’aide commencent par un dialogue étroit avec les églises locales. La priorité est donnée aux projets d’accompagnement pastoral et spirituel des chrétiens persécutés ou en difficulté. Notre siège international maintient le contact avec nos partenaires de projets, en garantissant l’utilisation correcte des dons.

+ de 140 pays dans le monde
+ de 5000 projets par an
Projet financé Projet en cours
Notre action

Plongez en immersion avec l'AED

Découvrir l'AED Voir nos dernières vidéos
La boutique

Les produits de l'AED

Pour Noël, un anniversaire, un baptême, une première communion, offrez à vos proches un cadeau qui a du sens et contribuez au financement de différents projets proposés par les chrétiens persécutés dans le monde.

Voir la boutique
Nous connaître

Les bureaux de l'AED dans le monde

23 pays donateurs composent l'organisation internationale l'Aide à l'Église en Détresse (Aid to the Church in Need, ACN). Ils apportent un soutien financier, matériel et spirituel à plus de 140 pays dans le besoin.

Je m'appelle Abel Esteves Atarama, et j'ai 26 ans. Je suis né à Piura, une ville située au nord du Pérou. Je suis en troisième année de théologie. Je viens d'une région très pauvre, et suis l'aîné de sept enfants. Mon père est devenu vendeur ambulant et a dû abandonner ses études. Ma mère est restée à la maison pour s'occuper de mes frères et sœurs et moi à temps plein. Nous n'avions pas de maison permanente, nous restions là où nous étions accueillis, ou occupions des endroits inutilisés. La nourriture et les vêtements étaient rares.

Mon père devait aller dans d'autres villes pour chercher du travail, et depuis que je suis tout petit, j'ai aussi essayé de trouver des emplois pour aider à subvenir aux besoins de ma mère et de ma famille. Finalement, après plusieurs années, mon père a réussi à trouver un emploi stable.

Me trouvant dans cette situation de pauvreté, je me battais pour qu'un jour tout s'améliore. J'espérais pouvoir étudier, améliorer notre situation. Je voulais aussi me marier et avoir ma propre famille.

Mais tout cela a changé. En 2010, j'ai rejoint un groupe de la paroisse. C'est là que j'ai fait une rencontre personnelle avec Dieu. J'ai découvert l'amour désintéressé, un Dieu qui n'exigeait pas de moi une vie parfaite, mais qui me comprenait et m'acceptait tel que j'étais. Cela a changé ma vision de la vie. J'ai commencé à m’épanouir et à mieux comprendre la vie qui m'avait été réservé jusqu'alors.

Lors d'un rassemblement de jeunes au cours duquel nous avons prié pour les vocations à la prêtrise, j'ai ressenti l'appel de Dieu. Au début, je me suis senti confus, car j'avais mes propres projets de vie. À cette époque, j'étais en couple avec une fille de la paroisse et je me préparais à aller à l'université. Je faisais des petits boulots comme peintre ou serveur, ce qui me permettait d'aider mes parents. Mais cet appel de Dieu était si fort que j'ai tout quitté pour Lui.

Je suis actuellement dans ma huitième année au séminaire. Pendant toutes ces années, je me suis rendu compte que faire la volonté de Dieu est ce qui me rend heureux. Je n'aurais jamais pensé que j'étudierais la philosophie ou la théologie. Au début, le travail scolaire était difficile, mais avec l'aide de Dieu et de mes professeurs, j'ai réussi à en trouver le vrai sens. J'ai trouvé quelque chose à laquelle je ne m'attendais pas, même dans mes rêves les plus fous : le bonheur.

En outre, Dieu m'a permis de voir que ce n'est pas moi qui devait subvenir aux besoins de ma famille. Aujourd'hui, mon père a pu terminer ses études universitaires, il a un bon poste d'enseignant et mes frères et sœurs ont de quoi vivre. Le plan de Dieu a mieux fonctionné que le mien ne l'aurait jamais fait.

Pérou – Abel Esteves Atarama
Séminaristes

Tombe avait sept ans quand son père a du annoncer à lui et sa famille qu'ils devaient quitter leur maison car ils étaient en danger. Après presque quinze jours de marche à travers la brousse, ils sont arrivés dans la République Centrafricaine. La famille de Tombe a atteint le camp de réfugiés de Mboki. "A l'époque nous avons vécu près de l'église et de l'école catholique. Je regardais les prêtres travailler, y compris l'évêque de Tombura-Yambio, Monseigneur Eduardo Kussala, par exemple et je pensais " je veux être comme eux".

Tombe a écrit une lettre en demandant à être reçu au séminaire pour devenir prêtre. Cependant, il n'avait jamais été a l'école. Quand il avait 15 ans il a été admis a l'école catholique. Après trois ans a l'école dans le camp de réfugiés, on l'a envoyé en Uganda pour terminer ses études secondaires.

"Je me rappelle bien de cette époque là. Nous étions un groupe de garçons. Nous avons marché ensemble jusqu'à la frontière ou un autre prêtre nous attendait. Plus tard, pour continuer ma formation j'ai du aller a Khartoum, au Soudan". Le Soudan et le Sud Soudan ont été séparés en 2003, mais il y toujours une seule conférence des évêques. Tout a changé pour Tombe. Après sa communauté locale du Sud Soudan, le camp de réfugiés en République Centrafricaine et ensuite le pensionnat en Uganda, il était désormais dans un environnement musulman.

"Cette expérience nous a beaucoup appris. C'est a ce moment là que j'ai étudié le philosophie. Mais j'ai du retourner en Uganda pour faire des études de théologie. Je viens de rentrer au Sud Soudan et je serai ordonné diacre dans deux jours. Le chemin a été long. Il y a eu des moment de souffrance ,des épreuves, mais avec l'aide Dieu, je suis retourné pour le servir et servir mon peuple.

Né dans le Sud Soudan, ceci était le parcours de Tombe. Il s'est réfugié en République Centrafricaine, s'est battu pour faire sa formation en Uganda et au Soudan, pour pouvoir servir le peuple du Sud Soudan. Le Sud Soudan est une jeune pays qui a connu une longue guerre et des conflits ethniques et où l'église reste fragile. Il y a peu de prêtres et de religieuses, alors chacun est un trésor pour les fidèles. Il y en a beaucoup qui ont été baptisés et qui ont fait leur première communion dans des camps de réfugiés. Comme Tombe, il y en a beaucoup qui ont eu une formation longue et difficile, ayant vécu dans une misère extrême, fuyant d'un endroit à un autre, subissant les conflits armés dans leur pays.

L'église souffre en Sud Soudan et chaque séminariste est une graine d'espoir.

ACN a récemment soutenu la reconstruction du séminaire Saint Paul, à Khartoum au Soudan aussi bien que la construction d'une bibliothèque et d'un dortoir au séminaire majeur de St Mbaaga en Uganda.

"Seigneur, debout! O Dieu, interviens, n'oublie pas les pauvres" (Ps10,12)

Sud Soudan – Tombe
Séminaristes

Mon nom est Michael Kasser et je suis d'Alep en Syrie. J'ai 25 ans. Ma famille est chrétienne. Mon père est grec syriaque et ma mère est grecque orthodoxe. J'ai un frère qui a 8 ans de plus que moi et une sœur qui a un an de plus. J'ai fait deux ans d'études de chimie sur un parcours de 4 ans à l'université d'Alep.

J'ai commencé à réfléchir au sacerdoce quand j'avais 19 ans, pendant ma première année d'études. J'ai assisté à l'ordination d'un prêtre Salesien, et la cérémonie m'a profondément touché, car c'était la première fois que j'assistais à une ordination. Dans les jours qui ont suivi je me suis demandé "Pourquoi je ne deviendrai pas prêtre?" N'empêche que j'ai vite laissé tombé cette idée et je me suis plongé dans mes études.

En 2015-2016 la situation économique et les problèmes de sécurité a Alep étaient épouvantables à cause de la guerre. Beaucoup de mes amis ont quitté le pays. Je suis resté a Alep pendant cette période difficile. En dépit des difficultés, ce qui m'a retenu c'était l'espoir et les amitiés proches que j'ai trouvé a l'église melkite de St Dimitrios. Bien que l'église était près de la ligne de front, j'entendais toujours une voix qui chuchotait " N'ai pas peur! Persiste!" Je n'ai jamais perdu l'espoir qu'avec la volonté de Dieu, l'avenir sera meilleur. Cet espoir m'a donné le courage de continuer à vivre. En 2016 j'ai commencé à servir comme servant d'autel dans l'église franciscaine d'Al-Ram, a Alep. J'ai ai servi la messe , tous les mardis, messe dédiée à Saint Antoine Al-Badwani. En 2017 j'ai contacté un ami séminariste qui faisait ses études au monastère basilien D'Alep a Beyrouth, et nous avons parlé de la vie au monastère et du sacerdoce. J'ai également discuté avec un prêtre melkite et je lui ai expliqué mes idées sur le sujet et mes attentes?. Ma vocation avait des hauts et des bas , car je continuais a vivre parmi ma famille et mes amis, comme toujours. A ce moment là la vie était compliquée: j'avais négligé mes études et j'essayais de reprendre les choses en main. J'avais une petite amie , mais en même temps je sentais l'appel de Dieu au sacerdoce. Je sentais le besoin de réfléchir sur le plan spirituel, pour comprendre si cet appel m'était destiné.

En 2018, à cause des problèmes, j'ai pris la décision de quitter le pays. J'ai informé un prêtre avant de partir que je réfléchissait au sacerdoce, mais que J'étais toujours indécis, et en attendant j'étais déterminé à quitter le pays. Il a proposé qu'on se retrouve plusieurs fois pour discuter de ma décision. Ces rencontres étaient très importantes et ont porté leurs fruits. Plus tard j'ai rencontré l'évêque Janbart, qui nous a accompagné et qui organisera plusieurs activités pastorales qui m'ont aidé à clarifier ma vocation. A ce moment là mes études universitaires et ma relation avec mon amie étaient terminées , et je me suis concentré sur ma vie dans l'Eglise. En 2019 j'ai pris la décision de rentrer dans un monastère et de commencer les études pour devenir prêtre. J'ai décidé d'aller en France car il n'y a pas de séminaire en Syrie. Je suis maintenant ici avec deux autres séminaristes Syriens. Priez pour nous, et priez pour les chrétiens dans mon pays qui ont tant besoin d'espoir et de soutien.

Il n'y a pas de séminaire en Syrie mais la fondation soutient des douzaines de programmes de catéchisme et de formation pour que des milliers des jeunes adultes puissent grandir dans la foi et découvrir leur vocation en dépit de la situation terrible du pays.

Mais aussitôt Jésus leur parla: "Courage, leur dit-il. C'est moi, n'ayez pas peur" (Matthieu 14, 27)

Syrie – Michael Kasser
Séminaristes

Je m'appelle Edtraud Eddy Haule. J'ai 26 ans et je suis originaire de Ludewa, dans le diocèse de Njombe, en Tanzanie. Ma langue maternelle est le kikisi, mais je parle aussi le kiswahili et l'anglais.

Je suis en troisième année de théologie au séminaire de St Augustin, à Peramiho. J'ai quatre frères et une sœur. Mon père était directeur d'école, mais il est à la retraite. Mais avant cela, il a été séminariste, donc il sait ce que signifie la vocation.

Depuis que j'ai commencé à dire que je voulais être prêtre, il m'a toujours soutenu. Je me souviens que lorsque j'étais à l'école primaire, j'aimais me lever tôt chaque jour pour aller à la messe du matin, où je servais comme enfant de chœur. Ma mère a toujours insisté sur la prière, et ils continuent tous deux à m'encourager dans la voie du sacerdoce. La raison principale de ma vocation est de suivre Dieu, qui donne un sens à tout ce que je fais, et d'annoncer l'œuvre de salut du Christ pour tous les hommes, à travers le ministère de la prêtrise.

Actuellement, mes tâches pastorales consistent à donner des catéchèses aux travailleurs du séminaire, des écoles primaires voisines et de l'école d'infirmières de Peramiho. Nous ne nous préoccupons pas seulement du bien-être matériel du personnel du séminaire, mais aussi de sa croissance spirituelle. Nous leur faisons ce cadeau d'une croissance holistique parce que les Hommes ont besoin de plus qu'une simple éducation séculaire : ils ont aussi besoin d'une formation religieuse qui leur permette de vivre une vie morale. formation religieuse qui leur permet de vivre une vie moralement saine, ce qui est indispensable pour la croissance intégrale de la société.

Il n'est pas facile de s'adapter à une nouvelle vie de séminariste. Lorsque nous entrons au séminaire, nous sommes séparés de nos amis proches, et il y a parfois une période de solitude. L'autre problème est d'ordre financier : en raison du manque de financement, les séminaristes doivent lutter durement pour couvrir les coûts de tout ce dont ils ont besoin pour leur formation.

Notre société pluraliste a de nombreux besoins et défis auxquels il faut répondre. qu'il faut relever. Par notre travail pastoral, nous pouvons aider les gens à apprendre à connaître Dieu, qui donne un sens à notre vie.

Par la Parole de Dieu, nous partageons et offrons la guérison et le soutien au milieu des crises politiques, sociales ou économiques qui affectent notre vie. crises politiques, sociales ou économiques qui affectent notre peuple.

Je pense que le séminaire est un terrain d'entraînement pour nous aider à devenir "d'autres Christs", comme les Apôtres, qui ont été formés par Jésus lui-même pendant trois ans, avant son Ascension. lui-même pendant trois ans, avant son Ascension au Ciel.

En Tanzanie, les séminaristes comme Edtraud Eddy Haule peuvent se former pour devenir prêtres grâce au soutien financier de l'AED.

Tanzanie – Edtraud Eddy Haule
Séminaristes

Je m’appelle Osman Jassiel Ruiz Solís. J’ai 24 ans et je viens de la paroisse de Notre Dame de Guadalupe, à Tola, dans le département de Rivas.

L’histoire de ma vocation commence tout petit. J’étais seulement un enfant quand la chapelle locale a été construite, et en parallèle de l’effort et du travail de toute la communauté pour construire cette petite église, une vocation était en train de se construire en moi. Pendant des années, le prêtre pouvait seulement venir une fois par mois pour célébrer la Sainte Messe, et le voir prêcher, dans son vêtement sacerdotal, a toujours éveillé ma curiosité.

Mon père était un prêcheur de la Parole et son exemple, l’éducation qu’il m’a donnée avec ma mère, et son travail au sein de l’Eglise, ont permis à la graine de la vocation de germer en moi. Ils ont toujours insisté sur la foi et les valeurs chrétiennes.

L’influence de mon environnement, et mes propres peurs de faire face à cette idée considérée comme « inconventionnelle » de devenir prêtre, m’ont poussé à essayer de m’épanouir personnellement sur un chemin « normal ». J’ai choisi de faire des études à l’université, mais en réalité j’étais juste en train d’essayer de m’échapper et d’oublier mon « idée folle d’enfance » afin d’avoir une vie « normale ». L’université m’a donné l’opportunité de me faire de nouveaux amis, de faire des rencontres [amoureuses], et de me responsabiliser.

Durant ma deuxième année j’ai décidé de tout quitter et de répondre à ma vocation, mais je ne savais pas quoi faire car à l’époque je n’avais pas de père spirituel. J’ai parlé au prêtre de ma paroisse, et il m’a suggéré de finir mon année universitaire. J’ai pris mon courage à deux mains pour en informer ma famille. Mon père était assez inquiet et m’a dit : « C’est une décision très sérieuse. Il s’agit de servir Dieu, et on ne sert pas Dieu à moitié. » Il ajouta que si c’était vraiment ma décision, alors il la respecterait. Je me suis senti soutenu et j’étais enthousiasmé.

Le moment venu, j’ai rompu avec ma copine, et j’ai quitté mes études et ma famille. C’est ainsi que je suis entrée au séminaire mineur de St Vincent de Paul, malgré mes doutes et incertitudes. Malgré ces doutes je ressentais néanmoins aussi beaucoup de joie. On pourrait dire que c’était ma première expérience de l’amour, car auparavant j’étais toujours pris entre les doutes et les craintes. Pour la première fois de ma vie, j’avais la certitude d’être appelé.

Une des difficultés auxquelles nous faisons face pendant notre formation sont les ressources financières limitées, du fait des crises politiques et sociales, ainsi que la pandémie, qui a également affecté la situation économique de nos familles, dont nous dépendons pour notre formation. Les expériences que nous avons eues ces dernières années, en plein cœur des réalités politiques et sociales du Nicaragua, nous ont tous forcé à changer d’approche dans notre mission, bien que nous ressentions toujours le même enthousiasme pour elle.

Priez pour nous et priez pour le Nicaragua.

Environ 60 séminaristes du séminaire Majeur St Pierre Apôtre au Nicaragua reçoivent de l’aide de l’AED pour leur vie quotidienne.  

Nicaragua – Osman Jassiel Ruiz Solís
Séminaristes

Je m’appelle Peter Kelvin Makina. Je suis étudiant au séminaire St Pierre, à Zomba au Malawi. L’histoire de ma vocation commence à l’âge de 9 ans. J’admirais le prêtre missionnaire italien-cambodgien qui servait dans ma paroisse à ce moment-là, dans la Paroisse St Jean. J’admirais la façon dont il célébrait la messe dans notre langue chiwecha, avec son accent italien, et j’admirais la façon dont il célébrait la liturgie. 

Cette admiration m’a amené à servir à la messe et à vouloir en apprendre plus de la part de ce missionnaire. C’est pourquoi je ne ratais jamais la messe du dimanche. Le prêtre italien nous rendait visite et inspirait les enfants de chœur en les encourageant à devenir prêtres.

Il nous expliquait que beaucoup d’entre nous avaient désespérément besoin d’entendre la Parole de Dieu, mais que peu prêchaient la Bonne Nouvelle. C’est pourquoi l’Eglise a besoin de plus de prêtres. J’ai décidé d’entrer au séminaire parce que cette passion de servir les autres, et de servir Dieu pour prêcher la Bonne Nouvelles et guider les âmes des personnes vers leur Créateur, Dieu.

Nous n’avons pas eu de vocations religieuses dans ma famille. Si Dieu le veut, je serai le premier. C’est très gratifiant de voir que durant notre travail pastoral, nous pouvons partager l’Amour de Dieu avec les autres, les accompagner, et s’occuper de tous. Je peux leur apprendre tout ce que je sais déjà sur la foi catholique.

Cependant, le chemin n’est pas toujours aisé. Quelques-uns de mes proches ne soutiennent pas ma décision de me former à la prêtrise. Cette pression peut devenir très forte par moments, et de temps en temps je pense à quitter le séminaire, mais j’ai mes amis pour m’aider, et quand je partage mes problèmes avec eux, je me sens soutenu et encouragé.

Priez pour tous les séminaristes au Malawi !

Beaucoup de séminaristes au Malawi sont capables de continuer leurs études au séminaire grâce à l’aide de l’AED.

Malawi – Peter Kelvin Makina
Séminaristes

« Si les chrétiens du monde entier ne nous avaient pas aidés, il n’y aurait plus personne ici. »

Père Georges Jahola
Partenaire de projet en Irak

Je m'appelle Lázaro Jesús Aguilar Ortíz, et je fréquente le séminaire archidiocésain de Santiago de Cuba.

D'après ma mère, quand j'avais six ans, je jouais à célébrer la messe chez mes grands-parents. Même s'il n'était pas un homme de grande foi, mon grand-père encourageait ces jeux et prenait plaisir à y participer. Je ne me souviens pas vraiment de tout cela, mais ma mère a conservé précieusement ces souvenirs jusqu'au jour où je lui ai parlé de l'appel que j'avais ressenti et de mon désir de le suivre.

Un soir, il y a sept ans, le Jeudi Saint, devant l'Eucharistie, mon processus de discernement du projet de Dieu pour ma vie a commencé. Peu à peu, sa grâce m'a rendue plus sensible et plus généreux.

Cette même année, à Noël, les religieuses qui servent dans ma paroisse m'ont demandé de les accompagner lors d'une visite des campagnes autour de ma ville. Les communautés y sont très petites, et le prêtre ou les religieuses ne peuvent s'y rendre qu'une fois par mois, voire moins, de sorte que l'attention qu'ils reçoivent est très limitée. Dans ces endroits, j'ai vu une grande soif de Dieu, et j'ai clairement compris que Dieu m'appelait à être prêtre.

Après ces expériences, chaque fois que je lisais un texte biblique, j'étais très ému, surtout lorsqu'il était question de suivre Jésus. Je me souviens que je cherchais les gestes sacerdotaux dans chaque passage de l'Évangile. Et tout est devenu plus clair lorsque j'ai reçu le sacrement de la confirmation, parce que j'ai senti que j'étais envoyé, que j'avais la force de l'Esprit Saint et qu'il ne servait à rien de la garder pour moi, que je devais la partager.

L'invitation de Jésus à le suivre était comme ce grain de sable dans l'huître qui, avec le temps du séminaire se transforme en une belle perle. C'était merveilleux de comprendre comment la grâce du Seigneur se déverse sur moi chaque jour, non pas parce que je suis spécial, mais parce que, comme le dit l'Écriture, "ceux qu'il a prédestinés, il les a aussi appelés" (Rm 8,30).

Nous nous sentons accompagnés par vos louanges au cours de ce processus.

 Grâce aux aides des bienfaiteurs, l'AED aide environ 20 séminaristes au Séminaire Saint-Basile le Grand de Santiago de Cuba, et au Séminaire Saint-Charles et Saint-Ambroise de l'Archidiocèse de La Havane.

« Et ceux qu'il a prédestinés, il les a aussi appelés; et ceux qu'il a appelés, il les a aussi justifiés; et ceux qu'il a justifiés, il les a aussi glorifiés. » Rm 8 :30

Cuba – Lázaro Jesús Aguilar Ortíz
Séminaristes

« Je remercie bien souvent le seigneur de votre présence à nos côtés. Sans vous, il serait vraiment difficile de continuer notre apostolat. »

Sœur Hanan Youssef
Partenaire de projet au Liban

« Nous remercions tous les bienfaiteurs pour leur amour pour nos prêtres. »

Mgr Marie Fabien Raharilamboniaina
Évêque de Morondava à Madagascar
Nous soutenir

Votre soutien nous est nécessaire

Apportez votre pierre à l’édifice, donnez et vous recevrez ! « Donnez et il vous sera donné : on versera dans votre sein une bonne mesure, serrée, secouée et qui déborde ; car on vous mesurera avec la mesure dont vous vous serez servis. » (Luc 6, 38)

Faire un don Tous les moyens d'aider
Faire un don
Nous respectons votre vie privée.
Ce site utilise des cookies !

Notre site utilise des cookies pour vous offrir une expérience utilisateur de qualité et mesurer l'audience. En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies.

En savoir plus sur la confidentialité.

"