Nous connaitre

Les missions de l'AED

L’AED est une fondation pontificale, fondée en 1947 dans un esprit de réconciliation. Elle soutient les chrétiens partout dans le monde, là où ils sont confrontés aux persécutions et difficultés matérielles.

Nos actualités

L'Église dans le mnde

Pour informer le grand public et les médias francophones, l’AED dispose d’une équipe de journalistes chargés de relayer les actualités de l’Église universelle, à travers le site institutionnel, les réseaux sociaux, la newsletter de l’association, la radio, le magazine L'Église dans le monde ou l’organisation de colloques.

Notre Mag

L'Église dans le mnde

Le magazine d’information de l’AED se base sur l’actualité internationale des chrétiens dans le monde, il est le porte-parole de ceux qui ne peuvent s’exprimer, et offre des témoignages et des décryptages uniques sur l’Église dans le monde. Ce magazine est rédigé par des journalistes professionnels, des personnalités médiatiques, des hommes religieux.

S'abonner Feuilleter un numéro gratuitement
L'AED sur le terrain

Vous aussi, engagez-vous

Que ce soit pour une aide ponctuelle ou régulière, l'AED propose des missions de bénévolat variées et adaptées selon les disponibilités, ainsi que du volontariat international pour les jeunes !

La persécution religieuse dans le monde

Observatoire de la liberté religieuse

L’observatoire de la liberté religieuse offre une base documentaire à jour sur la situation des chrétiens dans le monde. Chaque pays possède une fiche présentant ses données statistiques, sa législation religieuse ainsi que les dernières actualités données par nos partenaires présents sur place.

Visiter le site
Nos actions

Les projets de l'AED dans le monde

Nos mesures d’aide commencent par un dialogue étroit avec les églises locales. La priorité est donnée aux projets d’accompagnement pastoral et spirituel des chrétiens persécutés ou en difficulté. Notre siège international maintient le contact avec nos partenaires de projets, en garantissant l’utilisation correcte des dons.

+ de 140 pays dans le monde
+ de 5000 projets par an
Projet financé Projet en cours
Notre action

Plongez en immersion avec l'AED

Découvrir l'AED Voir nos dernières vidéos
La boutique

Les produits de l'AED

Pour Noël, un anniversaire, un baptême, une première communion, offrez à vos proches un cadeau qui a du sens et contribuez au financement de différents projets proposés par les chrétiens persécutés dans le monde.

Voir la boutique
Nous connaître

Les bureaux de l'AED dans le monde

23 pays donateurs composent l'organisation internationale l'Aide à l'Église en Détresse (Aid to the Church in Need, ACN). Ils apportent un soutien financier, matériel et spirituel à plus de 140 pays dans le besoin.

Je m’appelle Zimbe Lawrence, et j’aurai 30 ans en avril. Je suis Ougandais, de l’Archidiocèse de Kampala. Je suis en deuxième année de théologie au séminaire majeure de St Mbaaga, à Ggaba.

J’avais 8 ans quand j’ai commencé vouloir devenir prêtre. Mon cousin germain est allé avec moi à la messe de notre paroisse. C’était la première fois que j’entrais dans une si grande église et j’ai été ému par sa magnificence et sa beauté. C’était au Noël de l’an 2000. Je suis resté au fond et j’ai admiré la nef si joliment décorée. Cela m’a fait penser au « Paradis » dont parlait ma mère à la maison. Il y avait des bougies allumées et des fleurs de couleurs vives dans le sanctuaire, où le prêtre, que je prenais pour Dieu, était assis avec quelques enfants qui étaient des anges. Quand je suis rentré à la maison, j’ai raconté à ma mère que j’avais vu le Paradis, Dieu et les anges. Elle m’a expliqué que celui que je prenais pour Dieu était un prêtre, Père Kato Augustin (qu’il repose en paix), et que les garçons que je pensais être des anges étaient des enfants de chœur. J’ai demandé si je pouvais être comme les enfants de chœur, elle m’a dit que c’était possible, mais que je pouvais aussi être comme Père Augustin. C’était le début de ma vocation au sacerdoce. Devenir comme Père Augustin est ce que j’ai désiré toute ma vie, jusqu’à aujourd’hui : avoir la même dévotion que je voyais en le Père Augustin.

Je suis entré à l’école primaire qui était située près de la paroisse, et je suis devenu enfant de chœur. Après avoir terminé l’école primaire, j’ai essayé d’entrer au séminaire mineur de Kisubi, mais ma famille ne pouvait pas payer les frais de formation. Je me suis senti découragé. J’ai demandé si Jésus m’avait abandonné, et s’il souhaitait vraiment que je devienne prêtre. Mais le prêtre de ma paroisse m’a encouragé et m’a dit que je pouvais toujours entrer au séminaire majeur plus tard à St Mbaaga. Il m’a promis de m’accompagner et cela m’a donné de l’espoir pour ma vocation. J’ai été accepté au lycée de la paroisse où j’ai étudié pendant 6 ans.

Mon père est décédé en 2012, et j’ai à nouveau perdu espoir car nous n’avions pas les moyens de payer mes études. J’ai prié Dieu de trouver une solution. L’année suivante j’ai été approché par le Directeur de l’école, qui m’a dit que le prêtre de la paroisse avait demandé une bourse pour moi, ce qui m’enlevait la nécessité de payer la scolarité. J’ai eu l’impression que Jésus prenait soin de moi. A l’école, j’ai toujours parlé à Jésus comme si c’était un frère. J’avais le sentiment que nous avions la même mère, la Bienheureuse Vierge Marie. Quand mon père est décédé, j’ai demandé à Jésus d’être mon père et de prendre en charge les devoirs d’un père, puisque le mien n’était plus de ce monde. Dès lors, dès que j’ai besoin de quelque chose, je le demande à Jésus dans mes prières avant de le dire à qui que ce soit.

Je suis la première personne de ma famille à choisir le sacerdoce. Je veux me dédier au Seigneur pour que je puisse aller jusqu’au peuple de Dieu qui désire des prêtres et souhaite recevoir des sacrements de l’Eglise. Le cadeau que je leur apporte est la joie du Christ.

Où que j’aille, les gens voient en moi un ambassadeur du Christ et ressentent la présence d’un serviteur de Dieu, qui est aussi là pour leur rappeler le chemin vers le Seigneur.

Zimbe Lawrence et environ 200 autres séminaristes reçoivent un soutien de l’AED dans leur formation de prêtre en Ouganda.

Ouganda – Zimbe Lawrence
Séminaristes

« N’ayez pas peur ! Si vous tenez la main du Christ, de quoi pourriez-vous avoir peur ? »

Asia Bibi
Chrétienne condamnée puis acquittée par la Cour Suprême au Pakistan

Les martyres de la fraternité : « ils voulaient nous séparer, mais ne le pouvaient pas »

Le séminaire mineur de Buta est situé à 106 kilomètres de Bujumbra, la capitale du Burundi. La chapelle contient des peintures des 40 séminaristes assassinés ce jour-là. Leurs tombes sont situées le long de la chapelle, en dessous d’un grand signe indiquant « Les martyres de la fraternité ».

La violence entre les groupes ethniques Tutsi et Hutu au Burundi s’est déclenchée en 1962, un héritage du passé colonial. Depuis, le terrible conflit ethnique a fait bascule ce beau pays dans un bain de sang. Les douleurs et blessures sont encore vives.

Face à cette violence intense qui a secoué leur pays, les séminaristes de Buta du début de l’année 1997 pensaient à rentrer chez eux pour mourir proche de leurs parents. Le recteur qui était convaincu qu’ils seraient plus en sécurité au séminaire, les a convaincus de rester.

Pour éviter la division ethnique entre les séminaristes, les professeurs ont mis en place un plan d’intégration, utilisant le sport, la musique, la danse, les travaux de groupe, la méditation et la prière, en travaillant sur la solidarité et la fraternité pour éviter une polarisation.

Aux aurores du 30 avril 1997, environ mille rebelles d’un groupe de guérilla, menés par une combattante, sont arrivés et ont fusillé avec des munitions de gros calibre. La plupart des 250 séminaristes ont réussi à sortir par les fenêtres du deuxième étage où se situaient le dortoir commun, et ont fui à travers le pays, mais une cinquantaine de jeunes de 14 à 21 ans ont été incapables de s’échapper. Les rebelles sont arrivés jusqu’aux dortoirs. Un des combattants a demandé de ne pas blesser les jeunes garçons, mais il a été tué sur le champ.  

Le chef du groupe a ordonné aux séminaristes de se diviser en groupes ethniques, Hutus d’un côté et Tutsis de l’autre. Ils avaient l’intention de les séparer pour torturer les Tutsis. Côté à côté, les séminaristes ont levé les mains et ont déclaré : « Nous sommes tous des frères, enfants du même Dieu, et du même pays, le Burundi ». Les combattants ont essayé de briser leur résistance en les menaçant de les séparer. Mais ils restèrent unis. Le massacre fut brutal, avec des tirs à fusil et une grenade.

Dans cette confusion générale, un petit groupe réussit à s’échapper. Quelques autres, qui s’étaient retrouvés sous les corps de leurs amis décédés, survécurent également. Un jeune garçon a plus tard décrit comment un ami séminariste, qui était grièvement blessé, l’a couvert délibérément pour éviter qu’il soit également assassiné.

Après le massacre, les rebelles quittèrent le lieu. Le recteur fut capable de quitter sa chambre et se rendit directement au site de l’immolation. Il y a trouvé une scène grotesque, avec des corps dépecés, et entendit certains de ses chers étudiants encore hurlant en agonie. Il a été vers eux. L’un d’entre eux, avant de mourir, lui confia : « Père, ils ont essayé de nous séparer, mais ils n’ont pas réussi ». Un autre lui dit dans son dernier soupir : « La mort vient, mais la victoire demeure ».

Burundi – Les martyres de la fraternité
Séminaristes

Brian Bergkamp, un séminariste de Kansas, aux États-Unis , s'est noyé quand il tentait de sauver une femme dans la rivière Arkansas. Bergkamp avait 24 ans et terminait sa deuxième année d'études au séminaire.

Brian faisait du kayak avec quatre amis sur la rivière Arkansas quand ils se sont retrouvés dans les rapides et une femme est tombée de son kayak. Bergkamp a plongé dans l'eau pour la sauver et il a réussi. Hélas il a été emporté par le courant.

"Bien que Brian ait réussi à sauver cette femme, les forts courants de la rivière l'ont pris et l'ont entrainé sous l'eau. C'était deux semaines plus tard que l'on a récupéré son corps."

Brian était un vrai ami de Jésus dans sa vie et surtout dans ce moment là. Comme notre Seigneur, Brian a donné sa vie pour une autre. Il n'entendait pas seulement le parole de Dieu mais il mettait en pratique.

Le Père Brendan Moss, recteur du séminaire du Collège de la Conception au Missouri, ou Brian avait commencé ses études de théologie a écrit: "Il était un acteur de la Parole et non un auditeur seulement".

Jimmy Schibi, un co-séminariste décrivait Bergkamp comme étant généreux et avec une foi profonde. " Il ne pensait pas à lui et cherchait toujours à rendre service aux autres. Il a renoncé à sa vie pour devenir prêtre, mais avant de pouvoir faire cela, il a donné sa vie pour un autre. Il nous a tous inspiré au séminaire et on veut suivre son exemple.

L'évêque de Wichita, Mgr Carl Kemme, a dit pendant son enterrement " il n'était pas encore prêtre mais il a vécu et il est mort comme un prêtre".

Brian était bénévole avec d'autres séminaristes pendant l'été pour la soupe populaire, qui servait des repas à environ 2,500 personnes chaque jour. Avant de dire Au revoir à ses amis au collège bénédictin, Bergkamp leur a dit " Ma vie ici-bas est un court voyage au Royaume éternel de Dieu. Ma vie sur terre est courte, et je dois donc donner le mieux possible de moi-même".

"Le plus grand amour que quelqu'un puisse montrer, c'est de donner sa vie pour ses amis" (Je 15, 13)

États-Unis – Brian Bergkamp
Séminaristes

"On nous a dit que nous pourrions rester en vie si nous enlevions nos soutanes. Mais je mourrai avec ma soutane."

Entre 1931 et 1939, une terrible persécution religieuse s’est abattu sur l’Eglise Catholique en Espagne. Cela a donné lieu à 10 000 martyrs, dont 2 053 ont été publiquement canonisés (21) ou béatifiés (2042).

Evêques, prêtres, séminaristes, consacrés et laïcs, tous ont témoigné de leur Amour pour le Christ et pour leur pays. Parmi eux, se trouvaient les Martyrs de Barbastro, dans la province Huesca du nord de l’Espagne. Dans cette seule ville, 79 religieux et prêtres furent exécutés.

Parmi ceux qui furent assassinés, se trouvaient 41 séminaristes Claretains, presque tous âgés de 21 à 25 ans. Ils moururent pour le Christ, en ayant prêché l’amour et défendu leur foi et leur vocation. Ils écrivirent d’émouvantes lettres d’adieu à leurs familles et à leur congrégation, sur des emballages de chocolat, des mouchoirs, et sur le bois d’une chaise de piano. Leurs mots sont poignants. L’un d’entre eux écrivit : “On nous a dit que nous pourrions continuer à vivre si nous enlevions notre soutane et quittions ce chemin. Mais je pourrai avec ma soutane. » Un autre dit : « Ils veulent que nous prenions les armes. Mais nous servons le Christ, et nous pouvons seulement prêcher la paix. Nous ne combattrons jamais. » Un troisième séminariste qui étudiait le chinois, écrivit à un collègue qui partait pour la Chine : « Puisque je ne partirai pas en Chine, comme je l’avais toujours souhaité, je donne mon sang pour les Missions chinoises ».

Les séminaristes et prêtres furent emprisonnés dans le hall d’un bâtiment voisin. Ils furent traités avec une brutalité qui s’intensifiait de jours en jours. Outre la chaleur étouffante, une nourriture insuffisante et le manque d’hygiène, ils étaient insultés et battus. Les séminaristes prièrent. Le cuisinier leur apportait la communion en secret. Ils furent emmenés par groupes pour être assassinés. Alors qu’il ne restait plus que 21 séminaristes dans le hall, on leur indiqua qu’ils seraient assassinés cette nuit, le 13 août 1936. Faustino Pérez écrivit une lettre de la part de tous. Tous les autres la signèrent, chacun ajoutant leur souhait spirituel. Cette lettre fut écrite sur un emballage de chocolats. Deux séminaristes argentins qui furent séparés à la dernière minute car ils étaient des citoyens étrangers, prirent la lettre avec eux, en la cachant dans leurs habits.

Le dernier paragraphe indiquait : « Nous mourrons pleinement satisfaits, aucun d’entre nous ne ressent de la peur ou des regrets : nous mourrons en demandant à Dieu que le sang qui coule de nos blessures ne soit pas un sang de vengeance, mais un sang vivant, qui encourage votre développement et votre expansion dans le monde entier. Que les martyrs de demain, 14 août, vous rappellent qu’ils meurent la veille de l’Assomption. Et quelle journée ! Nous mourrons revêtus de nos soutanes, et ce le même jour que nous les avons revêtues pour la première fois. »

43 séminaristes Claretains furent arrêtés et pris en otage par des force républicaines. Seuls deux d’entre eux, qui étaient étrangers, furent épargnés, sauvant ainsi les lettres écrites par leurs frères martyrs.

Espagne – 10 000 martyrs de la foi
Séminaristes

« Nous remercions tous les bienfaiteurs pour leur amour pour nos prêtres. »

Mgr Marie Fabien Raharilamboniaina
Évêque de Morondava à Madagascar

Je m'appelle Andres Évaldo, et je suis étudiant au séminaire interdiocésain de San Pedro Ritapiret à Flores, en Indonésie. J'aimerais vous raconter un peu la vie de notre séminaire. Nous avons des gens de tout horizon -des familles, des cultures, des langues- mais nous avons tous le même rêve: devenir des bergers du Dieu. La force principale de notre communauté est nos différences. Nous grandissons ensemble et ensemble nous essayons d'avoir le cœur d'un prêtre, rempli du Saint Esprit et de suivre le chemin qui nous amène au Christ.

Flores est un des trois îles principales de la Province de Nusa Est Tenggara, en Indonésie. Le nom Flores vient du Portugais qui veut dire fleur car l'ile a été visitée par des marins portugais au 16eme siècle. Au 17eme siècle, ils ont été accompagnés par des Dominicains et des Jésuites. Plus tard ils ont été remplacé par des missionnaires de la Société de la Divine Parole au début de 20em siècle. Le catholicisme est devenu la religion principale et joue un rôle important dans la vie du peuple. En 1955, au moment de la fête de la nativité de la Vierge Marie, on a fondé le séminaire interdiocésain de San Pedro pour former les prêtes de la region de Ritapiret, une petite ville, a Nita Maumere.

La formation dans le séminaire est humain, spirituel, intellectuelle, et aussi pastorale. Le but principal est de préparer nos cœurs pour qu'on puisse témoigner du Royaume de Dieu. La formation théologique et philosophique a lieu dans l'école catholique de Philosophie à Ledalero, une institution fondé par les Peres verbites pour enseigner la philosophie et la théologie. Cet institut est situé a deux kilomètres du séminaire, alors tous les jours nous faisons le trajet par bus.

Nous nous retrouvons entre séminaristes des cinq diocèses : l'archidiocèse d'Ende, et les diocèses de Denpasar, Ruteng, Maumere, et Larantuka. Chacun a des différences culturelles, linguistiques, et sociales, et ce n'est pas toujours évident de s'entendre.

Cependant, ces origines culturelles sont très importantes pour nous.

Mon collègue Tevin Lory est un séminariste de l'archidiocèse d'Ende. Il vient de Mbay, une communauté de la côte nord de Flores, et il étudie le philosophie depuis deux ans. Il est "chez lui" au séminaire, un endroit où il trouve la consolation et la sécurité pour continuer son chemin vers le sacerdoce. "Mes amis sont comme des nouveaux frères dans ma vie" dit-il. D'autres séminaristes diront le même chose.

Mais le nombre important des séminaristes pose aussi un problème: un déséquilibre entre les besoins croissants et la manque de ressources. La vétusté des bâtiments qui ont été construit dans les années 1960 ont aggravé la situation. Comme les fonds nous manquent, nous ne pouvons pas rénover les vieux bâtiments, et les mauvaises conditions de ces bâtiments nous forcent à être créatifs. Le Pape Saint Jean Paul II a passé une nuit dans notre séminaire pendant sa visite en Indonésie. Sa chambre est devenu un endroit de prière pour beaucoup de pèlerins. Le Cardinal Tomko qui a l'époque accompagnait le Pape a dit "Je suis impressionné car il y a beaucoup de séminaristes. Mais il faut toujours se rappeler que le chemin de la vocation vient de Dieu. Tout ce que nous pouvons faire c'est d'essayer d'aider de répondre à son appel, en accord avec les circonstances actuelles."

Grâce à la générosité de nos bienfaiteurs, le séminaire peut continuer son œuvre. Les séminaristes prient pour nos bienfaiteurs pendant la messe quotidienne.

Priez pour nous aussi.

Le séminaire de Saint Pierre Ritapiret à Flores est en train d'être réparé grâce au soutien de l'ACN

Personne ne peut s'attribuer l'honneur d'être grand-prêtre. On le devient seulement par appel de Dieu, comme ce fut le cas pour Aaron (Heb 5, 4)

Indonésie – Andres Évaldo
Séminaristes

Je m'appelle Alexey Barbu, et j'ai 19 ans. Je suis né au Kazakhstan, dans la ville de Zhezkazgan. Je suis actuellement étudiant au Séminaire supérieur théologique interdiocésain de Marie, Mère de l'Église, à Karaganda.

J'avais l'habitude de fréquenter l'église orthodoxe. En novembre 2015, alors que j'avais 13 ans, un ami m'a invité à prendre le thé chez une connaissance avant d'aller à l'école. Lorsque nous sommes arrivés, j'ai vu qu'il s'agissait d'une église. Nous sommes entrés dans le bâtiment et il y avait des gens assis autour d'une table. Ils nous ont demandé de nous asseoir avec eux et nous avons commencé à nous présenter. Je me suis alors rendu compte que l'un d'entre eux n'était autre que l'actuel évêque de Karaganda, Adelio Dell'Oro, et qu’un autre était le curé de la paroisse, le père Robert. Le lendemain, j'y suis retourné pour prendre le thé et pendant que j'étais là, j'ai demandé quels jours ils avaient la messe. Au début, je me suis dit que j'allais juste y aller, discuter un peu avec le père Robert, passer du temps avec les autres et voir ce qui se passait. Depuis lors, je n'ai pas cessé d'y aller.

J'ai été baptisé comme catholique en 2016, mais je n'ai pas immédiatement reçu d'autres sacrements, car j'avais besoin d'une bonne préparation. L’été de cette même année, j'ai fait ma première communion. Depuis lors, j'ai commencé à réfléchir à la prêtrise. Chaque année, l'église organisait une retraite spirituelle pour les jeunes de tout le Kazakhstan, et j’ai participer à chacune. Après l'une des réunions, lors d'une retraite au séminaire, j'ai commencé à ressentir quelque chose en moi, et je n'arrivais pas à m'en défaire. J'y ai pensé pendant longtemps. Après avoir terminé la terminale, je me suis inscrit dans une université russe et j'ai été accepté. Tout ce que je voulais, c'était partir et commencer mes études.

Cependant, je ne pouvais pas m'empêcher de penser à ma vocation sacerdotale, et finalement j’ai abandonné l’université et j'ai demandé à être admis au séminaire. En 2021, j'ai commencé mon premier diplôme, en philosophie, et maintenant je continue mes études, et mon chemin avec Jésus.

Priez pour moi et pour tous les séminaristes du Séminaire théologique supérieur interdiocésain Marie, Mère de l'Église, à Karaganda.

Les séminaristes du Séminaire théologique supérieur interdiocésain Marie, Mère de l'Église, à Karaganda peuvent continuer leurs études grâce à l’aide qu’ils reçoivent de l’AED.

« J'entendis la voix du Seigneur, disant: Qui enverrai-je, et qui marchera pour nous? Je répondis: Me voici, envoie-moi. » (Is 6 :8)

Kazakhstan – Alexey Barbu
Séminaristes

Il s'appelait Gérard Anjiangwe, il avait de 19 ans, il était séminariste au Cameroun, il a été abattu abattu à bout portant alors qu’il priait le rosaire.

Le Cameroun est au cœur d’un conflit politique et social qui touche les régions anglophones et francophones. Le pays était une colonie allemande à la fin du XIXe siècle, mais il a été divisé en Cameroun français et britannique après la défaite de l’Allemagne lors de la Première Guerre mondiale. En 1961, ces deux entités ont fusionné pour former un Cameroun indépendant. Cependant, les habitants des régions anglophones – principalement dans le sud-est et le nord-est du pays – se sont sentis marginalisés par les autorités francophones.

En 2016, les troubles au Cameroun ont commencé à s’aggraver. Depuis, de nombreux affrontements violents ont eu lieu entre le gouvernement et les militants séparatistes qui réclament l’indépendance de la République autoproclamée d’Ambazonie. L’armée n’a pas hésité à utiliser la force pour réprimer ces mouvements, ce qui a entraîné la mort de plus de 500 personnes et la fuite de plus de 200 000 autres.

Peu avant les élections du 4 octobre, en 2018, Gerard Anjiangwe, séminariste de l’archidiocèse de Bamenda, a été assassiné devant l’église paroissiale de Bamessing, dans la ville de Ndop, dans le département de Ngo-Ketunjia.

Vers 9h30 du matin, juste après la messe, Gérard Anjiangwe et quelques lecteurs sont restés pour préparer la messe du lendemain. Un camion militaire en provenance de Ndop s’est arrêté à l’entrée de la route qui mène à l’église. Des soldats sont sortis et ont ouvert le feu. Quand ils ont vu que les soldats arrivaient, les lecteurs qui étaient avec Gérard près de la sacristie sont entrés dans celle-ci et ont fermé la porte, tandis que Gérard est resté dehors agenouillé sur le sol, priant le rosaire.

Les soldats ont essayé d’ouvrir la porte de l’église mais n’ont pas réussi. Ils se sont approchés de Gérard, qui est resté agenouillé sur le sol, en prière, et lui ont demandé de se lever, ce qu’il a fait immédiatement. Après l’avoir interrogé, ils lui ont demandé de se recoucher. Il a reçu trois balles dans le cou et est mort. Gérard était fils unique, et son père était catéchiste. Tout cela a été très dur pour eux.

Le rôle de l’Église est de dire la vérité et d’encourager la dialogue. Cependant, l’Église est prise entre le gouvernement et les Ambazoniens, et quoi qu’elle dise, elle est accusée par l’un ou l’autre camp. L’Église croit en la paix, mais il ne peut y avoir de paix sans justice. La justice et la vérité doivent prévaloir, et c’est ce que défend l’Église.

Prions pour tous les séminaristes qui vivent dans des situations de conflit et de guerre civile, en particulier les séminaristes du Cameroun.

« Heureux serez-vous, lorsque les hommes vous haïront, lorsqu'on vous chassera, vous outragera, et qu'on rejettera votre nom comme infâme, à cause du Fils de l'homme ! » Luc 6 :22

Cameroun – Gerard Anjiangwe
Séminaristes

Je m'appelle Jean-Noël Ekenley, et je suis né à Port-de-Paix, une petite ville du nord-est d'Haïti.

Je suis membre de l'ordre montfortain et j'étudie actuellement la théologie tout en poursuivant ma formation pour devenir prêtre. Comment suis-je arrivé ici ? Je suis issu d'une famille chrétienne catholique, et j'ai eu la chance de grandir dans la région où les Montfortains ont commencé leur mission en Haïti, il y a 150 ans. J'ai été immédiatement attiré par le mode de vie de ces "bons prêtres", qui sont connus chez nous, pour leur dévouement et leur service aux autres, en particulier aux plus vulnérables. J'avais 16 ans lorsque j'ai commencé à réfléchir sérieusement à ce que je voulais faire de ma vie. Et la réponse m'est apparue soudainement : Je veux être prêtre. "Incompréhensible !", "inexplicable !", étaient certains adjectifs que j'entendais de la part de ma famille et de mes amis. Ma famille m'a tout de suite soutenu, mais c'était plus difficile pour mes amis, qui pensaient que je devais faire "quelque chose de mieux".

Je me sens porté par le désir d'être une voix qui proclame l'amour de Dieu, d'entendre ceux qui n'ont personne pour les écouter, d'annoncer une espérance rayonnante dans ce monde qui en décourage tant, de cultiver le silence au milieu de la tourmente de ce monde, de lutter pour le triomphe du bien.

La vie au séminaire est pleine d'opportunités et de joies, mais aussi de difficultés. En ce moment, Haïti traverse une crise sociale, politique et économique majeure : catastrophes naturelles, instabilité politique, corruption, manque de sécurité, kidnappings, sans oublier la pandémie de COVID-19. Des choses tristes se produisent depuis des années. Les défis sont nombreux et importants : crise de la foi, perte des valeurs, matérialisme excessif, égoïsme, etc. Puis-je vraiment faire la différence ? Devrais-je simplement abandonner ? Je sais que je ne peux peut-être pas changer grand-chose, mais je veux être parmi ceux qui font ce qu'ils peuvent, même si ce ne sont que de petits gestes, pour proclamer le Royaume de Dieu, un royaume de paix, de justice et d'amour. Je vis donc ma vocation au jour le jour, et je me demande chaque jour : "Est-ce que je suis sur le chemin que le Seigneur m'a tracé ?" J'essaie constamment de trouver la paix intérieure. Mais, par-dessus tout, j'ai confiance en mon Dieu. Aujourd'hui, ma réponse est : "Je dis "oui" à la vie religieuse et au sacerdoce, que le Seigneur me prenne par la main et marche avec moi".

Haïti – Jean-Noël Ekenley
Séminaristes
Nous soutenir

Votre soutien nous est nécessaire

Apportez votre pierre à l’édifice, donnez et vous recevrez ! « Donnez et il vous sera donné : on versera dans votre sein une bonne mesure, serrée, secouée et qui déborde ; car on vous mesurera avec la mesure dont vous vous serez servis. » (Luc 6, 38)

Faire un don Tous les moyens d'aider
Faire un don
Nous respectons votre vie privée.
Ce site utilise des cookies !

Notre site utilise des cookies pour vous offrir une expérience utilisateur de qualité et mesurer l'audience. En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies.

En savoir plus sur la confidentialité.

"